châtaignes
Photo by Sweetlouise from Pixabay

Les châtaignes, riches en gourmandise

Du pain des pauvres aux tables des Fêtes

Les châtaignes sont pour moi un incontournable de l’automne. Qu’elles soient grillées natures, en velouté salé ou transformées en crème addictive, elles trouvent toujours une place dans ma cuisine. Sans rentrer dans les détails, il vous suffira de savoir que j’ai grandi dans les Cévennes pour comprendre cet attachement.

Les châtaignes sont présentes depuis des millénaires dans les écuelles humaines. Elles étaient même omniprésentes dans les pays méditerranéens et montagneux avant l’arrivée de la pomme de terre. En effet, elles ont très tôt attiré l’attention des humains des régions escarpées et aux climats exigeants car les châtaigniers avaient l’avantage de pousser là où les céréales se faisaient rares. Dans son Histoire naturelle et morale de la nourriture, Maguelonne Toussaint-Samat indique que l’on trouve des traces de pain de châtaigne en Thrace, dans les Balkans, au centre de l’Italie, en Sardaigne, en Sicile ou encore en Corse. Dans le cas de cette dernière, elle parle même d’une “civilisation du châtaignier” tant cet arbre a été primordial dans le développement de cette île.

Avec les Cévennes, les châtaigniers ont aussi une histoire très forte, alors qu’ils ne poussent pas spontanément dans la région. Leur présence est le résultat d’une volonté humaine, il faudrait même dire de plusieurs volontés qui se sont succédée au fil des siècle. Apportés par les colons romains, propagés par les moines puis développés jusqu’aux limites pédo-climatiques par les survivants des dragonnades, ils ont complètement transformé le paysage cévenol.

Châtaigne ou marron ?

Si l’on met de côté le marron d’Inde qui n’est pas comestible, châtaigne et marron sont équivalents. La seule différence est morphologique. Le marron est un fruit avec une amande unique, qui n’est pas cloisonnée par cette petite peau fort pénible à enlever. Cette dernière est l’apanage de la châtaigne dont le fruit est donc cloisonné. Logiquement, afin de produire ces merveilles que sont les marrons glacés on utilise exclusivement des…marrons, vous l’aurez deviné. Leurs fruits sans division sont bien plus simples à manier.

Côté nutrition, les châtaignes sont les alliées de l’hiver : assez calorique, riches en magnésium et en potassium elles apportent réconfort et satiété. Elles ont enfin l’avantage de pouvoir être transformées en farine sans gluten.

Venez découvrir mes recettes et propositions d’accords autour des châtaignes dans mes ateliers


Quelques idées de recettes

Rillettes à la châtaigne, Au vert avec Lili
Canistrelli salés à la châtaigne et aux herbes, Chocolate & Zucchini
(No)cheesecake marrons à la folie,Green cuisine
Velouté de châtaine, Envie d’une recette végétalienne ?


Quelques pistes pour accorder un vin

Vin rouge : Pinot noir
Vin blanc : Sauvignon blanc
Le vin du mois : Autrement Rouge – Marie et Florian Curtet

 

Photo from Kaboompics

Le maïs, croquant et fondant

Photo by Lum3n.com from Pexels

Les radis, pour voir la vie en rose

Photo by Rachael Gorjestani on Unsplash

Les petits pois, symbole de renouveau

epinard-1600par1066

Les épinards, vertueuse verdure

endive-1600par1066

Les endives, apprendre l’amer

chou-verdure-1600par1066

Les choux, verdure hivernale

Photo by Freddie Marriage on Unsplash

Les courges, toute une famille de rondeurs

Photo by Paula on Pexels

Les champignons, rois des forêts

kaki-1600par1066

Curieux kakis

coing-1600par1066

Les coings, ces durs si dodus

artichauts-1600par1066

Les artichauts, ces super-héros qui s’ignorent

Photo by Anda Ambrosini on Unsplash

Les tomates, Fraîcheur et saveur

fraise-1600par1066

Les fraises, Rouges de soleil

asperges-1600par1066

Les asperges, du printemps en barre

poireau-1600par1066

Les poireaux, pour les derniers frimas

salsifis-1600par1066

Les salsifis

chou-1600par1066

Les choux de Bruxelles